Sauver la mer d’Aral, un financement de 3 milliards de dollars en attente

Vue l’assèchement éminente de la mer d’Aral, des comités de solidarité et groupements bénévoles se sont porté garant pour financer sa restauration. Une bagatelle somme de 3 milliards de dollars sera donc offert pour sauver cet océan en voie de disparition.

Ce sont le président ouzbek, Islam Karimov et le secrétaire de l’Organisation des Nations Unis qui ont lancé l’appel international autour d’une union financière sacrée pour sauver cette mer en plein assèchement, mettant en péril la population de la région déjà fébrile par les tensions enregistrées dans le cadre du partage des ressources en eau. Cette situation a entrainé l’arrêt des activités de pêche et le déversement de la poussière et d’éléments chimiques aux abords.

Considérée par les experts comme une grande catastrophe écologique, l’assèchement de la mer d’Aral est une conséquence directe des activités de l’homme sur l’environnement. En effet, le tarissement fait suite à la réalisation des projets d’irrigation soviétiques dans les années 1960. Le plan d’aide organisé par le comité conjoint du Fond international pour la mer d’Aral, le gouvernement ouzbeks et de nombreux organismes internationnaux contribuera à amoindrir les effets des affres écologiques sur les populations. En effet, 67 millions de personnes sont concernés à travers l’Asie centrale. Un plan que les autorités asiatique espèrent prospérer.