régions océaniques connectées

Définir les régions océaniques connectées ou non par les espèces

Il s’agit avant tout d’une méthode générique, nouvelle en son genre dans le domaine. Et comme son nom l’indique, l’écorégionalisation consiste à déterminer les régions marines connectées ou isolées par les espèces, lesquelles sont réparties par les courants. Ces dernières formant alors une sorte de frontières invisibles. Zoom sur la cartographie des régions océaniques méditerranéennes.

Ecorégionalisation : la baie des Anges reliée à Barcelone

Une meilleure gestion de l’océan, en l’occurrence de la Méditerranée passe par une cartographie de son milieu marin. Et c’est en ce sens que les chercheurs ont décidé d’appliquer une nouvelle méthode générique dénommée écorégionalisation. Mais, comment serait-il possible de réaliser une telle fragmentation ? Cette méthode consiste justement à définir les frontières invisibles de l’océan, dessinées par les espèces marines, elles, réparties par les courants marins, formant ainsi des sortes de régions. Certaines étant reliées entre elles et d’autres étant complètement isolées. Cette étude est dirigée par l’Institut méditerranéen d’océanologie ou MOI. Ainsi¸ la modélisation des courant en Méditerranée effectuée a déjà permis entre autres d’établir une connexion entre la baie des Anges située entre Nice et Antibes, et Barcelone. A noter que l’écorégionalisation peut aussi se baser sur la distribution des propriétés physiques et biogéochimique du milieu marin.

L’écorégionalisation pour mieux connaître l’évolution des espèces marines invasives et polluantes 

Bien gérer le milieu marin, c’est aussi distinguer et connaître l’évolution des espèces marines invasives et polluantes. Pour sa part, la classification des régions en Méditerranée permet en outre de suivre l’évolution spéciale des espèces ainsi que leur dispersion via le canal de Suez, outre de distinguer donc les zones de dispersion des espèces polluantes.

L’écorégionalisation se fait grâce à des simulations de trajectoires

L’écorégionalisation de la Méditerranée utilise en fait une simulation d’ensemble de trajectoires lagrangiennes considérant spécialement les courants simulés par le modèle numérique de circulation Nemo-OPA de Mercator Océan. Le calcul se faisant par ailleurs selon une division de la Méditerranée en mailles de 50 km de côté. La connectivité des mailles, elle, est déterminée par le déplacement des particules numériques.

Laisser un commentaire