Améthyste sous marin

L’Améthyste revient du déploiement dans l’océan Indien

Parti depuis décembre 2014, Améthyste, un SNA (sous-marin nucléaire d’attaque) vient de débarquer sur le port de Toulon, un port où se basent aussi 6 autres SNA.

Lors des 5 mois passés dans l’océan Indien, l’Améthyste a compté 2 équipages : Rouge et Bleu. Ceux-ci qui se sont toujours succédé à Toulon, mais ils se sont réunis ensemble pour un voyage de 5 jours (en février dernier) dans le cadre d’une opération. L’équipe Rouge qui est arrivée en avion depuis Toulon a succédé à l’équipe Bleu en charge du sous-marin depuis 4 mois. Ce changement d’équipage est un défi logistique et technique servant à garder le sous-marin dans l’océan Indien pendant 135 jours, avec 15 jours d’escale pour faire des vivres.

L’Améthyste a navigué entre la mer Rouge et le golfe arabo-persique, les eaux chaudes de l’océan Indien. Une zone qui est particulièrement sensible en matière de sécurité vu que les pays qui se trouvent à proximité montrent une certaine crise sécuritaire. L’objectif était d’installer des capteurs acoustiques, visuels et électromagnétiques afin de stocker des informations et contribuer à l’amélioration des connaissances concernant l’environnement sur place, les flux maritimes… Pour cela, le sous-marin s’est montré très discret afin d’observer sans être vu et de ne pas changer le comportement des divers protagonistes. Lors de sa mission, l’Améthyste s’est également basé sur son incroyable endurance lui permettant de faire des observations continues et sur de longues durées.

Durant son déploiement, le sous-marin a contribué à lutter contre le terrorisme maritime. Il a escorté le groupe aéronaval accompagnant le porte-avions ‘Charles de Gaule’. Il a d’abord été utilisé comme précurseur avant d’être incorporé dans la TF473. Ensuite, le sous-marin a collaboré avec les navires du GAN et de l’US Navy qui opéraient sur la zone.

L’Améthyste a souvent évolué dans les eaux peu profondes, éloignées des bases logistiques. Lors du déploiement, ses 2 équipages ont fait preuve de professionnalisme, de rigueur et d’autonomie. Mais les sous-mariniers à bords ont pu profiter de quelques heures de pause pour le jour de Noël 2014 et de Nouvel An 2015.

Laisser un commentaire