ocean

L’océan : Un allié précieux contre le réchauffement climatique

À l’occasion de la COP 21, le monde entier espère qu’on trouve un accord efficace sur le climat. Mais une importante question se pose : est-ce que les gouvernements pourront prendre les mesures qu’il faut pour éviter que le réchauffement de la planète n’excède pas les 2°C annoncés ? Dans cette démarche, on accorde beaucoup d’importance aux diminutions des émissions, à l’usage des énergies renouvelables… Or, on néglige un élément essentiel : l’océan.

L’océan est le moteur principal des systèmes climatiques et planétaires. Il génère plus de la moitié de l’oxygène au monde. Il contribue considérablement à la stabilité climatique en absorbant 90% du surplus de chaleur et 25% du carbone produit par l’homme. D’après certaines études, les organismes qui vivent dans l’océan consomment environ 2 milliards de tonnes de gaz carbonique par an. Mais pourquoi l’océan n’est-il pas situé en tête de liste dans la COP21 ?

 

L’océan contre le réchauffement global

L’océan est un élément fondamental pour lutter contre le changement climatique. Mais beaucoup ne comprennent pas encore son importance et ne l’incluent pas dans les négociations. Après plusieurs années de négligences et de mauvais traitements, l’océan est actuellement victime de nos émissions de carbone. Il devient de plus en plus acide et se vide de sa biodiversité.

Les spécialistes appellent le GIEC à rédiger un rapport mettant en avant les liens qui existent entre climat et océan pour permettre de prendre des décisions politiques efficaces. Ils sollicitent aussi un soutien pour la nouvelle ‘Conférence des Nations Unies’ qui aura lieu aux Fidji en 2017 afin d’adopter des mesures durables pour les mers et les océans. Enfin, ils veulent la mise en place d’un plan d’action spécialement destiné à l’océan dans le cadre de la CCNUCC.

Les gouvernements doivent savoir que des mesures peuvent être prises pour consolider les capacités de l’océan face aux pressions humaines, surtout à la hausse des températures et à l’élévation du taux de carbone. Le rapport du GIEC (à l’initiative de la Principauté de Monaco), qui commence à intéresser beaucoup d’États, peut permettre de trouver des solutions.

Puisque l’océan peut extraire de l’atmosphère (4 kg de CO2/habitant), il faut le protéger. Si aucune action n’est faite, il perdra ses capacités d’absorption de carbone avant la fin de ce siècle.

Laisser un commentaire