Plaisance et criée : un avenir encore plus prometteur pour La Turballe

Les cinq dernières années ont particulièrement été fructueuses pour La Turballe, en Loire-Atlantique. Il s’agit d’une ville  qui est réputée pour son port de plaisance et sa criée. Et celle-ci ne compte pas s’arrêter là : elle compte bien optimiser son développement en agrandissant son port et en construisant notamment une nouvelle digue.

La Turballe doit investir pour l’avenir selon le Conseil général

Les résultats des dernières années suscitent l’optimisme à Turballe et convainquent le Conseil général, qui dirige la gestion de son port de plaisance et sa criée, à investir pour l’avenir. 14,5 % de tonnage de plus par an en poissons et crustacés, et 12,3 % de plus de chiffre d’affaire pour les criées de La Turballe et du Croisic, cela a de quoi enthousiasmer les principaux concernés. Et pour investir, le Conseil général envisage d’agrandir le port de la ville en construisant des quais supplémentaires, lesquels devront obligatoirement être sécurisés par une nouvelle digue. Un rêve encore flou quatre années auparavant, mais, qui sera réalisé, car le développement de Turballe ne doit certainement pas s’arrêter là.

Une extension de Turballe d’ici les cinq années à venir

Les cinq dernières années ont particulièrement amélioré la santé de Turballe, qui compte alors investir durant les cinq années à venir, en vue d’un avenir plus prometteur. Le Conseil général envisage précisément l’aménagement de 250 mètres de quais, d’une digue à l’entrée du port, du côté du terre-plein Garlahy. Ce qui devrait en outre permettre d’accueillir plus de bateaux. Un quai  d’approvisionnement et de réparation pour ces derniers reste une priorité.

La Turballe : une extension qui cible le développement du tourisme industriel

Les projets du Conseil général de La Turballe vont loin. Par le biais de l’extension de ses quais, cette dernière espère bien développer par la même occasion son tourisme industriel. En effet, ces derniers contribueraient au bon fonctionnement du parc d’éoliennes en mer qui devrait bientôt aménagé et assureraient, par ailleurs, la liaison avec la commune de Croisic.

 

Maturation du vin sous la mer : une technique révolutionnaire

Pour de nombreux puristes, forcément, le vin doit vieillir dans une cave. Une technique traditionnelle et sûre effectivement. Toutefois, certains seront bien surpris de savoir qu’une méthode, pour le moins originale et inhabituelle, contribue aussi à une maturation optimale. Amphoris explique comment elle fait vieillir ses vins au fond de la mer.

La mer, cave à vins d’Amphoris

Pour la jeune start-up, la mer fait donc désormais office de cave à vin, destinée, comme les chais traditionnels à conserver le vin lors de sa maturation. Une méthode exceptionnelle, mais dont la société vante déjà l’efficacité. Créée par Denis Drouin, ingénieur, Amphoris lancera cette nouvelle technique en février. En fait, la mer aurait les vertus particulières d’accélérer le vieillissement du vin. Toutefois, pour que l’entreposage soit bénéfique, certaines conditions doivent être respectées.

Comment bien entreposer votre vin sous la mer selon Amphoris

Amphoris a choisi avec soin le site sous-marin qui devrait alors accueillir ses premières bouteilles de vin à bonifier. En effet, pour que cette technique de maturation soit efficace, vous devez avant tout connaître le maximum sur la mer, les courants et les fonds, selon les dires de Denis Drouin. Autres conditions requises : abriter les bouteilles de vin à moins de 60 mètres, à l’abri de tout rayon et lumière solaire. Troisième condition sine qua non : une température stable toute l’année. De quoi compliquer la tâche des débutants, d’autant plus que les sites répondant à tous ces critères se veulent rares sur le littoral français.

Autres règles à respecter pour pouvoir aménager votre cave à vin sous la mer

Amphoris a dû passer par une autre étape incontournable avant de pouvoir aménager son chai sous la mer : demander l’autorisation auprès des Affaires maritimes. Aval accordé et qui garantit que la société créative ne nuira pas à la pêche ni aux activités militaires à cause de son nouvel entrepôt. Les crus de Bordeaux et de Bourgogne seront en sécurité : leur cave est installée en profondeur, dans une localisation secrète. Une belle bouteille décorée naturellement de coquillages, ça vous tente ?

Bouteille à la mer : 41 ans après

L’espoir veut que lorsque vous lancez une bouteille à la mer, où que vous soyez, celle-ci finira toujours par atterrir quelque part ailleurs et que quelqu’un finira par lire votre message. Un jour, nul ne sait quand, quelques mois après, des années, voire des décennies, qu’importe, la magie de ce rite universel réside dans la découverte même de votre lettre et dans le long chemin qu’elle aurait pu parcourir jusque-là. Pour sa part, lors d’un voyage aux Etats-Unis, un touriste allemand a mis la main sur une bouteille à la mer, jetée 41 ans avant sa découverte.

41 ans après, la bouteille jetée à la mer par un jeune homme de 25 ans est retrouvée

25 ans. C’est donc l’âge que l’expéditeur avait au moment où il envoyait cette bouteille à la mer, retrouvée 41 ans plus tard par un touriste allemand de passage à New-York. Celui-ci fit cette trouvaille toujours aussi originale et surprenante dans tous les cas, en se promenant sur une plage de la grande pomme. Le contenant récupéré renferme un vieux papier, qui ne présage rien de mauvais ou de triste. En effet, il arrive souvent que le message contenu dans ce type fameux de bouteille soit écrit dans un moment de détresse, de solitude ou de dépression. Mais, rien de cela, car l’auteur du message, en plus d’être toujours bien vivant, avait jeté sa bouteille ordinairement, alors qu’il naviguait en compagnie de ses proches. Son message comprenait alors son nom, son adresse et la date où il avait été écrit.

Bouteille à la mer : un long parcours de dizaine milliers de kilomètres

John Souter est l’expéditeur de la fameuse bouteille à la mer. Agé de 66 ans, celui-ci est surpris par la distance que sa bouteille a parcourue jusqu’à ce que ce touriste allemand la découvre à New York. 12 900 kilomètres, voilà en effet tout le trajet qu’elle effectué depuis l’Ecosse d’où elle a été envoyée. Comme quoi, une bouteille de limonade peut apporter une touche de féérie à votre destin au moment où vous vous y attendez le moins.