Leçon du jour avec Hubert Reeves : le phénomène des marées

La vingtaine de mars est prévue accueillir de grandes marées. Si plus d’un affiche une certaine curiosité au sujet de ce type de phénomène, caractérisé par une montée d’eau considérable et salée, le communicateur scientifique et écologiste franco-canadien Hubert Reeves vient éclairer les lanternes. Selon ce spécialiste, les marées ne sont pas difficiles à comprendre.

Hubert Reeves explique comment les marées se forment

20 février. Une marée qualifiée d’exceptionnelle est attendue dans l’Hexagone. Certains lui attribuent même le titre de marée du siècle. Néanmoins, à quoi est dû ce genre de phénomène terrestre ? Hubert Reeves explique. Les marées sont issues des activités gravitationnelles de la terre. Sur la Lune précisément, laquelle, inversement produit une gravité sur la planète bleue. Les marées proviennent donc de l’effet de masse de la lune sur cette dernière. Résultats : l’eau, en l’occurrence les océans s’élèvent. Un phénomène augmenté par la déformation de la Terre, qui prend une forme ovale lorsque les marées se produisent. Si la planète bleue n’est pas épargnée par les effets de gravité de la lune, cette dernière à son tour connaît ainsi également des marées, comme c’est le cas de tout autre élément du système solaire selon Hubert Reeves, en raison de l’attraction universelle. Pour leur part, les grandes marées se manifestant sur la lune empêchent la rotation de la lune. La marée est basse (marée morte), lorsque la lune et le soleil viennent se placer en angle droit par rapport à la terre.

Les marées plus remarquables au Mont-Saint-Michel et à Brest

Certaines régions de France sont particulièrement connues pour leurs marées hautes, comme le Mont-Saint-Michel et Brest. Si ces phénomènes y sont plus remarquables, cela serait dû à l’effet d’entonnoir produit dans la plupart des baies et estuaires du globe. Par exemple, la baie du Mont-Saint-Michel, avec sa structure en V retient particulièrement l’eau. Sinon, la marée exceptionnelle attendue pour le 20 mars constitue sans doute un événement rare, toutefois sans grande conséquence à long terme.

 

 

Calendrier des jours fériés revisités via l’amendement d’Ericka Bareigts

Le respect la diversité culturelle et religieuse, voilà une valeur qui est particulièrement défendue Outre-Mer. Ce concept s’applique également au calendrier des jours fériés nationaux, revisités par l’amendement de la députée réunionnaise Ericka Bareigts et adoptée par le reste des députés.

Une révision du calendrier des jours fériés Outre-mer dans le cadre de la loi Macron

L’amendement qui porte sur les jours fériés a finalement été adopté Outre-mer. Désormais, les départements de la région sont autorisés à remplacer certains jours fériés nationaux par des jours fériés spécifiques, en tenant compte des traditions culturelles et religieuses de chaque département. Cette décision a été prise dans le souci de respecter les différences à ces niveaux. A noter que cette initiative a été lancée par la députée Ericka Bareigts et approuvée par les autres députés. Cependant, l’amendement de la socialiste avait suscité presque secrètement les appréhensions du gouvernement. Cet amendement avait en fait été proposé dans le cadre de l’étude d’un projet de loi Macron sur l’activité économique. Toutefois, l’objectif est clair, comme le décrit la députée : cet amendement ne consiste pas à établir des jours fériés supplémentaires, cependant à remplacer les jours auparavant fixés. Ericka Bareigts d’ajouter que la décision a été prise sur un accord local au niveau de chaque territoire.

Changement du calendrier des jours fériés dans les DOM : un changement d’envergure selon Macron

Si la plupart des députés socialistes ont fermement exprimé leur soutien pour le projet de modification du calendrier des jours fériés dans les DOM lors de son examen le 13 février à l’Assemblée nationale, du côté du gouvernement, les réactions sont vives. Pour sa part, Emmanuel Macron attribue une certaine gravité au caractère de l’amendement. En effet, pour lui, l’ajout des jours fériés et chômés au regard de l’Histoire concédé par le droit du travail semble déjà suffisant. Malgré tout, le ministre de l’Economie déclare comprendre les attentes à ce niveau des réunionnais notamment, qui estiment particulièrement le respect de leurs pratiques culturelles et religieuses traditionnelles.

Définir les régions océaniques connectées ou non par les espèces

Il s’agit avant tout d’une méthode générique, nouvelle en son genre dans le domaine. Et comme son nom l’indique, l’écorégionalisation consiste à déterminer les régions marines connectées ou isolées par les espèces, lesquelles sont réparties par les courants. Ces dernières formant alors une sorte de frontières invisibles. Zoom sur la cartographie des régions océaniques méditerranéennes.

Ecorégionalisation : la baie des Anges reliée à Barcelone

Une meilleure gestion de l’océan, en l’occurrence de la Méditerranée passe par une cartographie de son milieu marin. Et c’est en ce sens que les chercheurs ont décidé d’appliquer une nouvelle méthode générique dénommée écorégionalisation. Mais, comment serait-il possible de réaliser une telle fragmentation ? Cette méthode consiste justement à définir les frontières invisibles de l’océan, dessinées par les espèces marines, elles, réparties par les courants marins, formant ainsi des sortes de régions. Certaines étant reliées entre elles et d’autres étant complètement isolées. Cette étude est dirigée par l’Institut méditerranéen d’océanologie ou MOI. Ainsi¸ la modélisation des courant en Méditerranée effectuée a déjà permis entre autres d’établir une connexion entre la baie des Anges située entre Nice et Antibes, et Barcelone. A noter que l’écorégionalisation peut aussi se baser sur la distribution des propriétés physiques et biogéochimique du milieu marin.

L’écorégionalisation pour mieux connaître l’évolution des espèces marines invasives et polluantes 

Bien gérer le milieu marin, c’est aussi distinguer et connaître l’évolution des espèces marines invasives et polluantes. Pour sa part, la classification des régions en Méditerranée permet en outre de suivre l’évolution spéciale des espèces ainsi que leur dispersion via le canal de Suez, outre de distinguer donc les zones de dispersion des espèces polluantes.

L’écorégionalisation se fait grâce à des simulations de trajectoires

L’écorégionalisation de la Méditerranée utilise en fait une simulation d’ensemble de trajectoires lagrangiennes considérant spécialement les courants simulés par le modèle numérique de circulation Nemo-OPA de Mercator Océan. Le calcul se faisant par ailleurs selon une division de la Méditerranée en mailles de 50 km de côté. La connectivité des mailles, elle, est déterminée par le déplacement des particules numériques.