Au cœur de l’océan : Un long métrage qui n’a rien à voir avec Moby Dick

Ron Howard dirige de nouveau Chris Hemsworth dans son nouveau long métrage ‘Au cœur de l’océan’. C’est un film d’aventure tiré de la même histoire qui a inspiré Herman Melville pour ‘Moby Dick’. Mais selon lui, l’intrigue n’a aucun lien avec ce dernier.

 

Tout faire pour survivre

D’après le réalisateur, ce serait Chris Hemsworth qui aurait proposé le scénario. Il a tout de suite été attiré par cette histoire du baleinier Essex, qui a aussi inspiré ‘Moby Dick’. Ron Howard a été touché par la tragédie qu’ont vécue les naufragés à la suite de l’attaque d’une baleine. Il a été intrigué par le fait que les naufragés sont prêts à tout pour survivre.

 

Un peu de Moby Dick

Le réalisateur respecte le roman de Melville, mais il ne compte pas pour autant produire une version cinématographique de Moby Dick. Dans ‘Au cœur de l’océan’, il souhaite connaître d’où vient la légende et veut que l’histoire puisse être parfaitement crédible. Ainsi, le réalisateur s’identifie un peu à Melville et à son roman.

 

Une baleine monstrueuse

Le réalisateur est stupéfait lorsque la technologie lui a permis de créer une baleine monstrueuse. Il stipule que l’authenticité a été la priorité. Il a souhaité créer une baleine qui crédible aux yeux du public, et c’est chose faite. Mais pour y arriver, il a travaillé avec plusieurs biologistes marins, dont le but était d’avoir un aspect authentique ainsi que des comportements et des mouvements identiques à ceux d’une vraie baleine.

 

Quand la nature se déchaine

L’histoire nous fait comprendre que l’homme est né pour dominer la nature. Toutefois, l’Essex montre une belle preuve d’humilité. Le fait de chasser les baleines est un geste cruel. Ainsi, la nature se déchaine pour faire valoir ses droits. En tout cas, l’histoire nous amène à nous demander s’il ne serait pas temps de respecter l’environnement avant que la nature nous punisse.

L’océan : Un allié précieux contre le réchauffement climatique

À l’occasion de la COP 21, le monde entier espère qu’on trouve un accord efficace sur le climat. Mais une importante question se pose : est-ce que les gouvernements pourront prendre les mesures qu’il faut pour éviter que le réchauffement de la planète n’excède pas les 2°C annoncés ? Dans cette démarche, on accorde beaucoup d’importance aux diminutions des émissions, à l’usage des énergies renouvelables… Or, on néglige un élément essentiel : l’océan.

L’océan est le moteur principal des systèmes climatiques et planétaires. Il génère plus de la moitié de l’oxygène au monde. Il contribue considérablement à la stabilité climatique en absorbant 90% du surplus de chaleur et 25% du carbone produit par l’homme. D’après certaines études, les organismes qui vivent dans l’océan consomment environ 2 milliards de tonnes de gaz carbonique par an. Mais pourquoi l’océan n’est-il pas situé en tête de liste dans la COP21 ?

 

L’océan contre le réchauffement global

L’océan est un élément fondamental pour lutter contre le changement climatique. Mais beaucoup ne comprennent pas encore son importance et ne l’incluent pas dans les négociations. Après plusieurs années de négligences et de mauvais traitements, l’océan est actuellement victime de nos émissions de carbone. Il devient de plus en plus acide et se vide de sa biodiversité.

Les spécialistes appellent le GIEC à rédiger un rapport mettant en avant les liens qui existent entre climat et océan pour permettre de prendre des décisions politiques efficaces. Ils sollicitent aussi un soutien pour la nouvelle ‘Conférence des Nations Unies’ qui aura lieu aux Fidji en 2017 afin d’adopter des mesures durables pour les mers et les océans. Enfin, ils veulent la mise en place d’un plan d’action spécialement destiné à l’océan dans le cadre de la CCNUCC.

Les gouvernements doivent savoir que des mesures peuvent être prises pour consolider les capacités de l’océan face aux pressions humaines, surtout à la hausse des températures et à l’élévation du taux de carbone. Le rapport du GIEC (à l’initiative de la Principauté de Monaco), qui commence à intéresser beaucoup d’États, peut permettre de trouver des solutions.

Puisque l’océan peut extraire de l’atmosphère (4 kg de CO2/habitant), il faut le protéger. Si aucune action n’est faite, il perdra ses capacités d’absorption de carbone avant la fin de ce siècle.

L’océan est en péril

50% de l’oxygène que nous respirons est produit par l’océan. Or qu’actuellement, il est plus que jamais menacé.

Un monde totalement différent

Les amoureux de la mer ont souvent tendance à dire ‘l’océan’ plutôt que ‘les océans’. L’océan est favorable à différentes activités. Certains y trouveront tout simplement du plaisir à s’asseoir sur une plage et laisser leur pensée s’évader. D’autres, par contre, aiment pratiquer la plongée, la voile, le surf, etc. Les passionnés de la navigation vous diront sûrement que l’océan n’a aucune frontière et qu’il permet de découvrir un environnement totalement différent et très spécial.

Chaque goutte d’eau dans l’océan recèle une forme de vie, dont la plupart sont méconnues. Certainement, des êtres vivants microscopiques dénommés planctons se trouvent dans chaque goutte et jouent un rôle important dans la préservation de l’équilibre sur la planète.

Indispensable à la vie sur terre

Les planctons ont été présents dans l’océan depuis toujours, et ce sont même eux qui sont à l’origine de toute vie sur terre. De nos jours, ces minuscules êtres vivants sont aussi responsables de la conservation de la vie. C’est en effet eux qui génèrent 50% de l’oxygène et absorbent 25% des gaz carboniques dans l’atmosphère. Ils régulent également le climat en fournissant un climat ni trop froid, ni trop chaud.

Essentiel donc, il est indispensable de penser à l’océan si on souhaite avoir un avenir durable. Mais malheureusement, il y a beaucoup trop de signes alarmants aujourd’hui qui met en péril l’océan. Certainement, l’océan est en ce moment victime de réchauffement, d’acidification, d’érosion de la biodiversité et de la fonde des glaces. Depuis 30 ans que le sujet a été évoqué, ce n’est qu’en 2012, durant le Sommet de la Terre, qu’on prend enfin des initiatives pour aborder réellement le problème.

L’Appel à l’Océan

C’est afin de convaincre le maximum de pays durant la prochaine Conférence sur le Climat que plus de 60 scientifiques, institutions, acteurs environnementaux et acteurs économiques se sont rassemblés sur une même plateforme. Ensemble, le but est de faire savoir le réel problème au niveau de l’océan.

Lancer un ‘Appel pour l’Océan’, c’est notamment une priorité afin d’inciter les chefs d’État à se soucier davantage de ce ‘poumon bleu’. Certainement, puisqu’il est indispensable, chacun a intérêt à le préserver pour préserver l’équilibre sur la planète.